Accueil


"Mon âme exalte le Seigneur,

exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante
désormais, tous les âges me diront bienheureuse."

(Evangile selon saint Luc chapitre 1, verset 46)

En présence de Monseigneur Christory, évêque de Chartres, la paroisse a inauguré dimanche 25 octobre 2020, l'arrivée de la soutane quotidienne de Saint Jean-Paul II.

Celle-ci a été donnée par le Cardinal Dziwisz, secrétaire particulier de Jean-Paul II.

La soutane de la Miséricorde

C’est avec une très grande joie qu’aujourd’hui nous accueillons notre évêque dans notre Sanctuaire de la Miséricorde de Gallardon. À l’issue de la messe de 11h, Monseigneur Christory, évêque de Chartres, dévoilera la châsse qui abritera désormais la soutane de Saint Jean Paul II. Le saint Pape écrivait dans son testament : « Je ne laisse aucune propriété dont il faut disposer. Quant à mes affaires d’usage quotidien, je demande de les distribuer comme il semblera opportun. Que les notes personnelles soient brûlées. Pour cela, je demande à ce que Don Stanislaw, que je remercie pour sa collaboration, son aide et sa compréhension tout au long de ses longues années, s’en occupe ». C’est ce que Don Stanislaw, devenu par la suite évêque de Cracovie et Cardinal a fait avec beaucoup de fidélité. Cette soutane a été offerte à notre Sanctuaire de Gallardon par le Cardinal Stanislaw Dziwisz, qui fut pendant plus de 40 ans le secrétaire personnel du Saint Pape. Nous lui en sommes infiniment reconnaissant. C’est avec cette soutane que Saint Jean-Paul II a tous les jours, dans la prière et dans la fatigue quotidienne, été au service de la Miséricorde. Avec elle il a travaillé et prié longuement. Il vivait dans cette union intime avec le Seigneur miséricordieux.
Monseigneur Zdzislaw Sochacki, recteur de la cathédrale de Wavel de Cracovie, délégué du Cardinal Stanislaw Dziwisz devait être parmi nous et nous nous en réjouissions. Cependant par précaution à cause de la pandémie et d’une grande fatigue, il a dû renoncer à ce voyage. Nous lui disons toute notre amitié et notre prière et lui adressons nos remerciements pour tout ce qu’il fait pour notre Sanctuaire. Son ami le père Edward Antolak qui devait l’accompagner ne sera pas là non plus. A lui aussi nous disons toute notre amitié.

Chanoine Dominique Aubert

 

 

 

Une balise sur le chemin de Dieu

Dimanche prochain nous proposerons à Gallardon de vénérer la relique de la soutane de Saint Jean Paul II. Certains pourraient s’étonner du culte des reliques. Pourquoi vénérer une relique ? Les reliques nous rappellent, de manière encore plus concrète qu’une image, la vie du saint, son histoire, son enseignement… Elles sont un signe que la sainteté est appelée à être vécue de manière incarnée, réaliste, par des hommes de chair et de sang. De plus, prier devant une relique nous rappelle que tout baptisé est « temple de l’Esprit Saint », membre du corps du Christ, y compris dans son corps. Notre vocation à la sainteté concerne toute notre personne. Saint Paul peut ainsi nous exhorter : « Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps » (1 Co 6, 20). Nous venons prier auprès des reliques des saints parce que nous croyons à la résurrection du corps et à la vie éternelle. La vénération rendue aux saints n’a bien sûr pas pour fin la figure du saint lui-même, elle est nécessairement ordonnée à notre relation à Dieu. La prière autour des reliques n’a de sens que dans le but de se sentir plus proche de celui ou celle que l’on invoque, pour s’imprégner de son exemple, pour solliciter son intercession, et pour ouvrir davantage son cœur à l’amour de Dieu et du prochain, comme les saints ont su le faire. Nous nous confions à la prière du saint, nous nous nourrissons de son exemple, afin de pouvoir nous-mêmes grandir en sainteté et devenir toujours davantage des fils du Père. Notre élan vers Dieu a besoin d’être encouragé… Au temps de Jésus, les malades cherchaient à toucher son vêtement. Nous aussi, nous sommes incarnés. Ces signes ténus que sont les reliques, Dieu veut s’en servir pour manifester sa présence et faire éclater sa puissance, car c’est Lui qui agit à travers ces signes. Le reliquaire n’est d’ailleurs ni un ostensoir, ni un tabernacle. Il n’est pas posé sur l’autel mais à côté, ou à proximité, afin qu’apparaisse clairement le fait que le saint que nous vénérons est un relais de notre prière et un soutien sur notre chemin vers le Père. (À partir d’un article d’Église en Yvelines)

Chanoine Dominique Aubert

 

SERVITEURS

Serviteurs, oui plutôt que bénévoles, car l’appellation de « serviteur » a été donnée par le Seigneur lui-même le Jeudi Saint à la fin du Lavement des pieds : C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. Amen, amen, je vous le dis : un serviteur n’est pas plus grand que son maître, ni un envoyé plus grand que celui qui l’envoie. Jean 13,15-16 Comment ne pas se réjouir des « serviteurs » de notre communauté paroissiale de Gallardon, du Sanctuaire de la Miséricorde et de la Maison de la Miséricorde, qui se sont réunis samedi dernier à la Maison de la Miséricorde. Pus d’une dizaine n’avaient pas pu se rendre libres pour être parmi nous. Je suis très heureux de cette belle équipe. Nous avons pu apprendre à nous connaître et partager tout ce que nous faisions. Des nouveaux sont venus nous rejoindre et de cela aussi je me réjouis beaucoup et je tiens à les remercier. Ils sont un beau signe de la vitalité de notre Communauté. (Père Aubert)

UN IMMENSE MERCI A TOUS LES SERVITEURS DE NOTRE COMMUNAUTÉ

 

 

 

Save the date!
Journée exceptionnelle dédiée à Saint Jean-Paul II, le 25 Octobre, Sanctuaire de la Divine Miséricorde. Venez nombreux pour célébrer cette journée pleine d'émotions !

ACTIVUS BENEVOLUS

« Le bénévole (activus benevolus) est un mammifère bipède que l’on rencontre surtout dans les associations où il peut se réunir avec ses congénères. Les bénévoles se rassemblent à un signal mystérieux appelé « convocation ». On les rencontre aussi en petits groupes dans divers endroits, quelquefois tard le soir, l’œil hagard, le cheveu en bataille et le teint blafard, discutant ferme de la meilleure façon d’animer une manifestation ou de faire des recettes supplémentaires pour boucler son budget. Le téléphone est un appareil qui est beaucoup utilisé par le bénévole et qui lui prend beaucoup de temps, mais cet instrument lui permet de régler les petits problèmes qui se posent au jour le jour. L’ennemi héréditaire du bénévole est le « yaqua » (nom populaire) dont les origines n’ont pu être, à ce jour, déterminées. Le « yaqua » est aussi un mammifère bipède, mais il se caractérise par un cerveau très petit qui ne lui permet de connaître que deux syllabes : «’y a qu’à », ce qui explique son nom. Le « yaqua », bien abrité dans la cité anonyme, attend. Il attend le moment où le bénévole fera une erreur, un oubli, pour bondir et lancer son venin qui atteindra son adversaire et provoquera chez celui-ci une maladie très grave : le découragement. Les premiers symptômes de cette implacable maladie sont visibles rapidement : absences de plus en plus fréquentes aux réunions, intérêt croissant pour son jardin, sourire attendri devant une canne à pêche et attrait de plus en plus vif qu’exercent un bon fauteuil et la télévision sur le sujet atteint.

Les bénévoles, décimés par le découragement, risquent de disparaître, et il n’est pas impossible que, dans quelques années, on rencontre cette espèce uniquement dans les zoos où, comme tous les malheureux animaux enfermés, ils n’arrivent plus à se reproduire. Les « yaqua », avec leur petit cerveau et leur grande langue viendront leur lancer des cacahuètes pour tromper leur ennui. Ils se rappelleront avec nostalgie le passé pas si lointain, où le bénévole abondait et où on pouvait le traquer sans contrainte. »

Un petit clin d’œil du Chanoine Dominique Aubert pour cette rentrée

UN IMMENSE MERCI A TOUS LES BENEVOLES DE NOTRE PAROISSE

 

Miséricorde toujours !

La vie chrétienne authentique commence toujours par la souffrance intérieure causée par notre péché et qui, par le repentir, s’ouvre sans cesse davantage à la miséricorde de Dieu. C’est de cette humilité fondamentale, de ce réalisme lucide sur notre misère que naît le repentir, l’ouverture au pardon de Dieu, et que de là peut grandir la capacité à faire effectivement et vraiment le bien, tel que l’Évangile de ce jour nous le commande. Il n’y a de vie chrétienne authentique que par ce chemin, selon cette posture de l’humilité et du repentir, car la toute-puissance du Seigneur a voulu que nous ne devenions capables d’aimer en vérité, d’aimer le Seigneur et d’aimer notre prochain, que pour autant que nous commençons par accueillir sa miséricorde, celle qui coule de la croix de son Fils et qui nous fait renaître à la vie nouvelle. Celle que nous pouvons méditer à travers le beau message transmis par Jésus à Sainte Faustine. Gardons-nous de toute assurance présomptueuse et fanfaronne dans la manière dont nous vivons l’Évangile. Cette assurance deviendra rapidement stérile si elle se coupe du repentir et de la source vive du pardon qui en découle. Par contre, cultivons cette assurance humble, celle qui s’appuie sur la miséricorde infinie du Seigneur, cette assurance qui seule peut nous rendre vraiment forts dans la confession et la pratique du bien, celle qui fait de nous des ouvriers authentiques et fidèles de la vigne du Seigneur, celle qui passe inlassablement notre misère au creuset de la miséricorde de Dieu, pour en faire jaillir la grâce des enfants de Dieu.

Je suis heureux que nous puissions accueillir aujourd’hui ces pèlerins qui viennent passer la journée avec nous à la source de la Miséricorde. Qu’ils soient les bienvenus ! 

Chanoine Dominique Aubert

 

 

Nos clochers

  • Eglise1

    Eglise SAINT-MARTIN  - CHAMPSERU

  • Eglise2

    Eglise SAINT-PIERRE  SAINT-PAUL - GALLARDON

  • Eglise3

    Eglise Saint-Pierre - DROUE sur DROUETTE

  • Eglise4

    Eglise Saint-Pierre - EPERNON

  • Eglise5

    Eglise Saints Pierre et Paul - ARMENONVILLE LES GATINEAUX

  • Eglise6

    Eglise Saint-Martin - BAILLEAU ARMENONVILLE  

  • Eglise7

    Eglise Saint-Martin - BLEURY

  • Eglise8

    Eglise Saint-Martin - ECROSNES

  • Eglise9

    Eglise Saint-Germain - HANCHES

  • Eglise10

    Eglise Saint-Martin - SAINT MARTIN DE NIGELLES

  • Eglise11

    Eglise Notre-Dame  -GAS

  • Eglise12

    Eglise Saint-Eloi  - MONTLOUET

  • Eglise13

    Eglise Saint-Symphorien  - SAINT SYMPHORIEN LE CHATEAU

  • Eglise14

    Eglise Saint-Georges  - YMERAY

L'Evangile du jour

Fil d'actualité introuvable

Paroles du dimanche

Retrouver les homélies du père Michel BOUAYE Paroles du dimanche

Sainte Famille Infos

La dernière parution


 

Denier de l'Eglise