Accueil


"Mon âme exalte le Seigneur,

exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante
désormais, tous les âges me diront bienheureuse."

(Evangile selon saint Luc chapitre 1, verset 46)

Méditation sur l’Evangile d’aujourd’hui.

« Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi » (Lc 1, 26-38)

Chers amis,

Dieu fait des choses qui nous semblent humainement impossible. Nous préférerions probablement voir les choses de nos propres yeux. Nous sommes peut-être jaloux de Marie et d'Elisabeth, parce que dans leur vie Dieu a fait l'impossible.

Cependant, aujourd'hui encore Dieu fait l'impossible, mais jamais sous notre dictée, et surtout jamais dans le but de se faire apprécier par nous. Chaque action de Dieu, en particulier celle qui brise les lois de la nature, est toujours incluse dans son plan spécifique et complexe, dans son plan du Salut du Monde. Nous ne savons pas et nous ne devons pas connaître ce plan. Pour nous, la chose la plus importante est de grandir dans l'amour, qui est l'obéissance à Dieu, qui est tout simplement la pleine acceptation de son plan, indépendamment du fait que ce plan se révèle être facile pour nous ou non.

Laissons Dieu nous faire comprendre, que « servir » est fondamentale pour la mission. Parce que tous, même les plus sots, peuvent régner. Mais le règne qui n'est pas un service est un terrible handicap. Le service est en fait essentiellement associé à l'amour, et celui qui n'aime personne, « ne vaut rien ».

Quels sentiments et quelles réactions m'accompagnent quand Dieu change ou détruit mes plans ?

Est-ce que je ressens dans ma vie la puissance de Dieu, les gardes de Dieu ?

Qu’est-ce qui est le plus important pour moi : est-ce de connaître Dieu et de lui faire confiance ?

Quels sentiments sont nés en moi à l'idée de dévouement total à Dieu ?

Quel rôle dans ma vie spirituelle Marie tient-elle ?

Qu'apprenez-vous d’elle ?

Bonne fête de l'Immaculée conception.

 Pierre SOKOL

Méditation sur l’Evangile d’aujourd’hui.

« Venez à moi, vous tous qui peinez » (Mt 11, 28-30)

Mes amis,

Nous savons tous que la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Des fardeaux, nous en avons tous porté, et parfois de très lourds.

Jésus ne dit pas : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vais rendre votre vie facile et agréable." Il dit : "... Je vous procurerai le repos.".

La vie facile est pas un idéal, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent. La vie parfaite est une vie marquée par la croissance spirituelle, et nous n’avons pas besoin d'éviter des difficultés, mais nous avons besoin de force. La vie facile empêche effectivement la croissance.

Est-ce que cela signifie que le pire est le mieux ? Bien sûr que non, mais sans l'adversité nous serons déshumanisés.

En général, nous préférons la compagnie de gens heureux, satisfaits et calmes. Mais Jésus nous dit: «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau". Les gens accablés par les problèmes, le travail ou les lourdes tâches, sont généralement difficiles à contacter, facilement irrités et ils ont des attentes élevées. Et pourtant, Jésus veut leur compagnie. 

Ces mots si beaux sont encore une autre expression de son amour inconditionnel. Il ne pense pas à Lui-même, mais à nous, et aux plus pauvres en premier lieu. 

Il vaut la peine de suivre Jésus.

Viens m’aider Seigneur. Viens rendre mon poids plus léger…

Pierre SOKOL

Méditation sur l’Evangile d’aujourd’hui.

« Dieu ne veut pas qu’un seul de ses petits soit perdu » (Mt 18, 12-14)

Mes amis,

On peut dire que Dieu est le Maître des paradoxes. Paradoxal est le comportement d'un berger qui cherche un mouton et quitte ses 99 autres du troupeau. Est-ce qu'il n’est pas paradoxal que Dieu lui-même, le Seigneur et Créateur de l'univers, se penche sur un homme faible, pour le sauver ?

Et nous, sommes-nous d'accord pour être l'un de ces petits moutons ?

Acceptons-nous dans les profondeurs de notre cœur d'être le plus petit qui vient de se perdre ? Ou peut-être nous voyons-nous parmi les 99 justes qui n'ont pas besoin de repentance ? Regardons dans le tréfonds de notre cœur. Comment comprenons-nous ce passage ? N’est-il pas vrai que, comme ces mots nous sont familiers, nous ne pensons pas à nous-mêmes comme la brebis perdue ? Essayons aujourd’hui de regarder ce passage de l'Evangile comme une partie qui parle de nous. Laissez-nous être traités comme un agneau perdu. Permettons à Dieu le Père de partir à notre recherche, et laissons-nous ressentir de la joie à cause de cela. 

Dieu le Père par sa préoccupation pour nous, "laissant" tout pour nous trouver, pour nous rejoindre. Abandonnons-nous dans ses bras qui nous recueillent.

Le Seigneur veut tous nous rassembler autour de lui, non seulement dans le but de nous sauver, mais aussi pour nous offrir son amitié et nous permettre de vivre une puissante intimité avec Lui. A nous tous, Il donne sa grande promesse: « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. » (Jn 14, 23). 

Seigneur, viens me chercher car je me suis perdu…

 Pierre SOKOL

Méditation sur l’Evangile d’aujourd’hui.
« Nous avons vu des choses extraordinaires aujourd’hui ! » (Lc 5, 17-26)

Mes amis,
De manière significative, la guérison physique qu'opère Jésus dans l'Evangile d'aujourd'hui n' est pas un but en soi. Elle est là pour confirmer son pouvoir de pardonner les péchés.
Il n’est pas étonnant que cela dérange les grands prêtres et les pharisiens, parce que seul Dieu peut pardonner le péché. Par conséquent, afin de les persuader de sa seigneurie sur le péché, il révèle son pouvoir : il est commis au salut de l'homme. C'est une astuce très importante. Au centre de la préoccupation de Jésus pour chacun de nous se trouve tout d’abord l'état de notre âme, et au second plan l'état de notre corps. Dieu ne veut pas notre maladie, bien que parfois, pour différentes raisons, il la permette. Il continue de livrer un combat mortel contre nos péchés, parce que leurs effets ont tendance à être bien pires que les maux physiques.
La source la plus profonde de tous nos maladies est le péché : «Tes péchés sont pardonnés»
(Lc 5,20). Très souvent, notre prière ou notre intérêt sont purement matériels, mais le Seigneur sait ce dont nous avons le plus besoin, et il se tient prêt à nous aider.
Aujourd'hui les cabinets des médecins sont remplis de malades. Et à l'égal de certains des malades, nous avons du mal à aller là où se trouve notre guérison complète, c'est-à-dire à la rencontre du Seigneur dans le très beau sacrement de la Pénitence.
Par conséquent, en demandant à Dieu de guérir nos corps, n'oublions pas l'état de notre âme. Et quand il nous arrive de demander sa guérison, faisons-le avec foi et ingéniosité.
Car parfois pour se rapprocher de lui, nous devons démonter le toit.


Pierre SOKOL

Une certaine tristesse m’envahit parfois à l’approche des fêtes de Noël en voyant toute cette agitation dans les rues pendant ces semaines qui précèdent cette belle et grande fête chrétienne (ne l’oublions pas !). Si encore tout cela était animé du grand désir de préparer la Venue du Fils de Dieu sur notre terre, « l’Emmanuel ! Dieu parmi nous ! » En fait pour la plupart de nos contemporains il s’agit plutôt de se préparer à faire la fête de manière… païenne. Une fête sans Dieu ! Les marchés de Noël pourquoi pas (bien que les termes de ‘marché’ et de ‘Noël’ s’associent mal, à Noël tout est gratuit !) : c’est bien, c’est chaud, ça nous fait penser à Noël sans doute mais un Noël pourquoi ? Où plutôt pour QUI ?

Il en va de même pour nous chrétiens avec l’Avent. Il y a le risque de ne préparer et de ne penser qu’à ce premier Noël vécu il y a un peu plus de deux milles ans à Béthleem. D’une manière un peu nostalgique de regarder en arrière une fois par an… oui Jésus en venu sur notre terre nous visiter mais maintenant ? Maintenant… nos églises sont quasiment vides ?

Or l’Avent c’est bien plus que cela. Nos cœurs ne sont pas tournés vers le passé, si beau soit-il. L’Avent nous tourne, vers l’avenir, vers ce Jour où Jésus reviendra pour nous combler de sa Miséricorde. Et plus encore l’Avent oriente nos vies vers AUJOURD’HUI, vers ces moments intenses et privilégiés où Dieu ne cesse de venir à nous, habiter en nos vies, les remplir de sa vie, de sa Parole, de Son Corps et son Sang donnés CHAQUE JOUR en nourriture à nos messes quotidiennes (elles aussi si désertées), de sa grâce, de son amour. L’Avent nous fait goûter ces noëls de tous les jours dans l’attente de ce Grand Noël où Dieu sera TOUT en tous. « Maranatha ! Viens Seigneur Jésus »

Chanoine Dominique Aubert

Retrouvez ici le programme de la saison spirituelle de ce lieu d'exception, ouvert à tous et tout proche !

Pour décembre 2016 :
- mercredi 30/11, à 15h et 20h30, "l'église et les révélations privées, vie et mission de Sainte Faustine", presbytère de Gallardon
- mercredi 7/12, à 15h et 20h30, "faut-il encore se confesser aujourd'hui ?", presbytère de Gallardon
- mercredi 14/12, 20h30, célébration pénitentielle de l'Avent, temps de méditation et de prière, et de confession avec absolution individuelle, Eglise de Gallardon
Venez nombreux !
#enseignement #pardon #confessions

Nos clochers

  • Eglise1

    Eglise SAINT-MARTIN  - CHAMPSERU

  • Eglise2

    Eglise SAINT-PIERRE  SAINT-PAUL - GALLARDON

  • Eglise3

    Eglise Saint-Pierre - DROUE sur DROUETTE

  • Eglise4

    Eglise Saint-Pierre - EPERNON

  • Eglise5

    Eglise Saints Pierre et Paul - ARMENONVILLE LES GATINEAUX

  • Eglise6

    Eglise Saint-Martin - BAILLEAU ARMENONVILLE  

  • Eglise7

    Eglise Saint-Martin - BLEURY

  • Eglise8

    Eglise Saint-Martin - ECROSNES

  • Eglise11

    Eglise Notre-Dame  -GAS

  • Eglise9

    Eglise Saint-Germain - HANCHES

  • Eglise12

    Eglise Saint-Eloi  - MONTLOUET

  • Eglise10

    Eglise Saint-Martin - SAINT MARTIN DE NIGELLES

  • Eglise13

    Eglise Saint-Symphorien  - SAINT SYMPHORIEN LE CHATEAU

  • Eglise14

    Eglise Saint-Georges  - YMERAY

L'Evangile du jour

Paroles du dimanche

Retrouver les homélies du père Michel BOUAYE Paroles du dimanche

Sainte Famille Infos

La dernière parution

 

Denier de l'Eglise