Accueil


"Mon âme exalte le Seigneur,

exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante
désormais, tous les âges me diront bienheureuse."

(Evangile selon saint Luc chapitre 1, verset 46)

 

« CECI EST MON CORPS »

A l’occasion de cette belle et grande fête du Saint Sacrement, je voudrais revenir sur l’immense respect que nous devons manifester, nous catholiques, et de toutes les manières, envers le Corps de Notre Seigneur Jésus Christ dans l’Hostie. Pourquoi ? Tout d’abord parce que c’est véritablement le Corps de Notre Seigneur, le Corps de Dieu. Qui parmi nous oserait manquer de respect à Dieu ? Et puis il y a une autre chose très importante : je vous disais mon effroi Dimanche dernier d’avoir retrouvé au milieu des chaises, après un mariage, des Hosties sur le sol. Il y a sans doute là un sacrilège qui demande réparation mais c’est, je crois aussi, un signe de notre temps. De plus en plus de gens qui participent à des mariages, à des enterrements ou à des baptêmes - et même parfois à la messe dominicale - ne savent pas vraiment ce qu’est une Hostie. Combien parmi eux ont été au catéchisme ? Combien parmi eux croient à la Présence réelle du Seigneur dans l’Hostie ? Ils viennent communier pour certains avec désinvolture et reçoivent dans la main le Pain Sacré retournant à leur place en discutant avec les voisins. Qu’y a-t-il d’étonnant alors qu’ils traitent l’Hostie moins bien qu’un ticket de métro qu’on jette par terre car on ne sait pas quoi en faire. Sont-ils les seuls en faute ? Cela nous invite, je crois, nous catholiques, à manifester encore plus de respect envers le Saint Sacrement. Je vous avais déjà dit que quand nous rentrons dans l’église le Dimanche nous devrions faire une grande génuflexion pour honorer le Seigneur présent dans le Tabernacle…, qu’ensuite nous devrions prendre un peu de temps en silence pour lui parler dans le secret de notre cœur avant que la messe commence… que les discussions entre nous peuvent prendre place après la messe…, de nous mettre à genoux pendant la consécration…, de faire bien attention à communier dignement et avec un infini respect… tout le monde nous voit. Cela avait fait rire et même fâché certains parmi vous : « On fait ce qu’on veut » ai-je entendu. Mais comment voulez-vous que nos frères qui sont loin de l’Église perçoivent la beauté et la grandeur d’un tel Sacrement sinon en nous regardant et en voyant la manière avec laquelle nous, chrétiens, nous nous comportons avec tout notre corps envers le Saint Sacrement ?

Chanoine Dominique Aubert, Curé

Toutes les confirmations du Doyenné ont eu lieu cette année, à Gallardon le 8 juin 2019, en présence de Mgr Christory...

 

Retrouvez en téléchargement la feuille du mois de Juin 2019 pour le secteur d'Epernon

 

En ce jour de Pentecôte demandons pour notre Église, pour notre monde, pour chacun de nous et pour nos familles, les 7 dons de l’Esprit Saint.

La crainte pour garder notre place de créature humble devant le créateur.
La piété pour nous ouvrir aux affections divines.
La science pour que nous discernions la voie du salut.
La force pour sortir victorieux dans le combat spirituel.
Le conseil pour diriger nos pensées et nos œuvres dans la volonté de Dieu. 
L’intelligence pour illuminer notre esprit
la sagesse pour demeurer dans la communion avec notre Seigneur.

Bonne fête de la Pentecôte à tous et que Dieu vous bénisse !

Chanoine Dominique Aubert, Curé 

 

"Le Feu a besoin d'Oxygène"

Qu'ont fait les Apôtres pendant les dix jours qui ont précédé la Pentecôte ? Oh ! ils n'ont pas fait une première conférence épiscopale pour savoir quel plan il fallait mettre en place en vue de l'évangélisation de la société de leur temps. Ils n'ont pas fait une session de catéchèse pour se demander quelle méthode, quel livre, quel moyen pédagogique il faudrait bien employer pour que les hommes puissent recevoir ce message. Toutes choses fort utiles bien sûr ! Ils ont fait une retraite de silence et de prière. Ceci est très important, très significatif de ce qu'est l'Église que nous sommes aujourd'hui. Avant d'entreprendre leur mission, avant de parler aux hommes, les apôtres entre eux ont reçu dans leur cœur tout le sens de la mission du Christ et ont parlé à Dieu. Et c’est pour cela que la mission a été féconde. Cette fécondité de la mission est née dans leur propre prière, prière de l'Église autour de la Vierge Marie. Oui "le feu a besoin d'oxygène" et l'Église que nous sommes aujourd'hui sera rayonnante de la chaleur, de l'amour, de la présence et de la lumière de Dieu que si elle sait s'oxygéner dans sa prière, se retirer du monde pour écouter l'Esprit de Dieu. En ces jours qui précèdent la Pentecôte il nous faut nous souvenir ensemble que cela ne commence que dans la prière, la prière autour de la Vierge mère du Christ, la prière dans le silence où l'homme, où l'Église ouvre son cœur comme un creuset pour y recevoir le feu de l'Esprit et l'énergie missionnaire et apostolique pour annoncer l'évangile du Christ aux hommes d'aujourd'hui.

Chanoine Dominique Aubert, Curé

Sainte Faustine missionnaire de l’Eucharistie

En ce jour de Première Communion dans notre paroisse, je désire vous faire ce cadeau de deux courts extraits du Petit Journal de notre grande Sainte. Le premier nous rappelle que nous sommes des Tabernacles (ces lieux privilégiés de la présence de Dieu parmi son peuple) : « J'ai compris aujourd'hui bien des secrets de Dieu. J'ai su que la Sainte Communion demeure en moi jusqu'à la Sainte Communion suivante. La présence de Dieu que l'on peut ressentir et qui est vivante, prolonge sa durée en mon âme et la conscience de cela me plonge dans un profond recueillement, sans aucun effort de ma part. Mon cœur est un vivant Tabernacle dans lequel se conserve l'Hostie vivante. Je n'ai jamais cherché Dieu bien loin, mais dans mon for intérieur. C'est dans la profondeur de mon propre être que je rencontre Celui qui est mon Dieu. » Petit Journal 301.

Et ce second extrait qui nous aide à comprendre que dans la Sainte Communion est notre force quotidienne et que sans elle nous sommes faibles : « Je me trouve si faible que, si ce n'était la Sainte Communion, je tomberais continuellement. Une seule chose me donne la force : la Sainte Communion. D'elle, je tire mes forces. En elle je trouve tout mon réconfort. J'appréhende la vie, les jours où je serais privée de la Sainte Communion. J'ai peur de moi-même. Jésus caché dans l'Hostie me tient lieu de tout. Du tabernacle je tire forces, pouvoir courage, lumière. Là, dans les moments de tourment, je cherche l'apaisement. Je ne saurais rendre gloire à Dieu, si je n'avais l'Eucharistie dans le cœur. » Petit Journal 1036.

Quelle grâce d’avoir la messe quotidienne dans notre église ! Pourquoi si peu en profitent-ils ?

Chanoine Dominique Aubert, Curé 

Nos clochers

  • Eglise1

    Eglise SAINT-MARTIN  - CHAMPSERU

  • Eglise2

    Eglise SAINT-PIERRE  SAINT-PAUL - GALLARDON

  • Eglise3

    Eglise Saint-Pierre - DROUE sur DROUETTE

  • Eglise4

    Eglise Saint-Pierre - EPERNON

  • Eglise5

    Eglise Saints Pierre et Paul - ARMENONVILLE LES GATINEAUX

  • Eglise6

    Eglise Saint-Martin - BAILLEAU ARMENONVILLE  

  • Eglise7

    Eglise Saint-Martin - BLEURY

  • Eglise8

    Eglise Saint-Martin - ECROSNES

  • Eglise9

    Eglise Saint-Germain - HANCHES

  • Eglise10

    Eglise Saint-Martin - SAINT MARTIN DE NIGELLES

  • Eglise11

    Eglise Notre-Dame  -GAS

  • Eglise12

    Eglise Saint-Eloi  - MONTLOUET

  • Eglise13

    Eglise Saint-Symphorien  - SAINT SYMPHORIEN LE CHATEAU

  • Eglise14

    Eglise Saint-Georges  - YMERAY

L'Evangile du jour

Fil d'actualité introuvable

Paroles du dimanche

Retrouver les homélies du père Michel BOUAYE Paroles du dimanche

Sainte Famille Infos

La dernière parution


 

Denier de l'Eglise