Accueil


"Mon âme exalte le Seigneur,

exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante
désormais, tous les âges me diront bienheureuse."

(Evangile selon saint Luc chapitre 1, verset 46)

 

La Confession selon le Pape François

« N’oublions jamais qu’il n’existe aucun péché que Dieu ne puisse pardonner ! Si le confesseur n’a pas fait cette chose laide que confesse le pénitent, c’est simplement par la grâce de Dieu. Moi, prêtre, est-ce que j’aime autant le Seigneur que cette petite vieille ? Même le plus grand pécheur qui vient devant Dieu pour demander pardon est terre sacrée… ». Seul ce qui est soustrait à la divine miséricorde ne peut être pardonné. N’oublions jamais, qu’il n’existe aucun péché que Dieu ne puisse pardonner ! Aucun ! Seul ce qui est soustrait à la Divine Miséricorde ne peut être pardonné, de même que quiconque se soustrait au soleil ne peut être ni illuminé ni réchauffé.
La confession ne doit pas être une « torture », mais [au contraire], tous devraient sortir du confessionnal avec le bonheur dans le cœur et le visage rayonnant d’espérance, même si parfois – nous le savons – il est mouillé par les larmes de la conversion et de la joie qui en dérive. Ce doit être au contraire une rencontre libératrice et riche d’humanité, à travers laquelle on puisse éduquer à la miséricorde, ce qui n’exclut pas, et même comporte, le juste engagement de réparer, autant que possible, le mal commis. Ainsi, le fidèle se sentira invité à se confesser fréquemment et apprendra à le faire le mieux possible, avec cette délicatesse d’âme qui fait tant de bien au cœur. De cette façon, nous les prêtres, nous faisons grandir la relation personnelle avec Dieu, afin que le Règne d’amour et de paix de Dieu se dilate dans les cœurs. On confond si souvent la miséricorde avec le laxisme. Mais réfléchissez à ceci : un confesseur miséricordieux n’est ni un confesseur laxiste ni un confesseur rigide. Aucun des deux. Le premier parce qu’il dit : « Allez, ça, ce n’est pas un péché, allez ! allez ! Dieu pardonne tout ! ». L’autre parce qu’il dit : « Non, la loi dit… ». Comme le Bon Pasteur, qui a pris sur Lui la brebis perdue. Aucun des deux ne traite le pénitent comme un frère, ne le prend par la main et ne l’accompagne dans son parcours de conversion ! Au contraire, le miséricordieux l’écoute, lui pardonne, il se charge de lui et l’accompagne, parce que oui, la conversion commence – peut-être – aujourd’hui, mais elle doit continuer avec persévérance… Il le prend sur lui, comme le Bon Pasteur qui va chercher la brebis perdue et la prend sur Lui. Nous sommes tous fortement invités à vivre cette démarche dans les jours qui viennent. Ne retardons pas cette rencontre. Il faut maintenant prendre rendez- vous avec la miséricorde de Dieu : il faut fixer notre confession de Noël. Les propositions d’horaires multiples ne manquent pas sur la paroisse. »

 

Nos clochers

  • Eglise1

    Eglise SAINT-MARTIN  - CHAMPSERU

  • Eglise2

    Eglise SAINT-PIERRE  SAINT-PAUL - GALLARDON

  • Eglise3

    Eglise Saint-Pierre - DROUE sur DROUETTE

  • Eglise4

    Eglise Saint-Pierre - EPERNON

  • Eglise5

    Eglise Saints Pierre et Paul - ARMENONVILLE LES GATINEAUX

  • Eglise6

    Eglise Saint-Martin - BAILLEAU ARMENONVILLE  

  • Eglise7

    Eglise Saint-Martin - BLEURY

  • Eglise8

    Eglise Saint-Martin - ECROSNES

  • Eglise9

    Eglise Saint-Germain - HANCHES

  • Eglise10

    Eglise Saint-Martin - SAINT MARTIN DE NIGELLES

  • Eglise11

    Eglise Notre-Dame  -GAS

  • Eglise12

    Eglise Saint-Eloi  - MONTLOUET

  • Eglise13

    Eglise Saint-Symphorien  - SAINT SYMPHORIEN LE CHATEAU

  • Eglise14

    Eglise Saint-Georges  - YMERAY

L'Evangile du jour

Fil d'actualité introuvable

Paroles du dimanche

Retrouver les homélies du père Michel BOUAYE Paroles du dimanche

Sainte Famille Infos

La dernière parution


 

Denier de l'Eglise