Accueil


"Mon âme exalte le Seigneur,

exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante
désormais, tous les âges me diront bienheureuse."

(Evangile selon saint Luc chapitre 1, verset 46)

Jésus s'assit et se mit à enseigner

Jésus nous renvoie aujourd’hui à nos propres contradictions, à nos propres écarts, à nos jugements hâtifs (les émigrés sont mieux considérés que les retraités, les pauvres sont des fraudeurs...). Ce temps de carême nous invite à tendre nos oreilles à cette question de Jésus : « Comment est-ce que tu considères, ton frère, créé à l’image de Dieu ? » N’ai-je pas tendance à vouloir appliquer la loi de Moïse, celle de ma conviction religieuse, celle de ma patrie, de manière très rigoriste pour les autres, alors que je m’exempte facilement de certaines contraintes liées à ces mêmes lois (excès de vitesse, paradis fiscaux, ...) ? La loi est normalement établie pour protéger le plus faible, elle est source d’équité et de justice. Mais elle dérange parfois nos petites habitudes. D’où l’importance d’entendre ce que nous dit saint Paul dans sa lettre aux Philippiens, chapitre 3 : « être reconnu juste, non pas de la justice venant de la Loi de Moïse mais de celle qui vient de la foi au Christ, la justice venant de Dieu, qui est fondée sur la Foi... Certes, je n’ai pas encore obtenu cela, je n’ai pas atteint la perfection, mais je poursuis ma course. », dit Saint Paul.  Nous avons encore le temps, sur notre route vers Pâques, de faire nôtre la grande prière de Sainte Faustine et de l’incarner un peu plus dans nos vies : « Je désire me transformer tout entière en ta miséricorde » C’est à cette condition et à cette condition seulement que se redresseront les accablés de la vie dans notre monde tourmenté, que la clairvoyance sera redonnée aux aveugles et que s’ouvriront les oreilles des sourds face aux cris des plus faibles. Alors les champions des idées toutes faites s’éloigneront en ouvrant les mains pour laisser tomber leurs pierres de certitudes. Et ma vie, transformée chaque jour davantage par la miséricorde, donnera à l’Eglise, Corps du Christ, de laquelle je suis un membre vivant, de pouvoir donner la première place à celui qui n’a rien, qui considère qu’il n’est rien.

Chanoine Dominique Aubert.

 

 

 

Nos clochers

  • Eglise1

    Eglise SAINT-MARTIN  - CHAMPSERU

  • Eglise2

    Eglise SAINT-PIERRE  SAINT-PAUL - GALLARDON

  • Eglise3

    Eglise Saint-Pierre - DROUE sur DROUETTE

  • Eglise4

    Eglise Saint-Pierre - EPERNON

  • Eglise5

    Eglise Saints Pierre et Paul - ARMENONVILLE LES GATINEAUX

  • Eglise6

    Eglise Saint-Martin - BAILLEAU ARMENONVILLE  

  • Eglise7

    Eglise Saint-Martin - BLEURY

  • Eglise8

    Eglise Saint-Martin - ECROSNES

  • Eglise9

    Eglise Saint-Germain - HANCHES

  • Eglise10

    Eglise Saint-Martin - SAINT MARTIN DE NIGELLES

  • Eglise11

    Eglise Notre-Dame  -GAS

  • Eglise12

    Eglise Saint-Eloi  - MONTLOUET

  • Eglise13

    Eglise Saint-Symphorien  - SAINT SYMPHORIEN LE CHATEAU

  • Eglise14

    Eglise Saint-Georges  - YMERAY

L'Evangile du jour

Fil d'actualité introuvable

Paroles du dimanche

Retrouver les homélies du père Michel BOUAYE Paroles du dimanche

Sainte Famille Infos

La dernière parution


 

Denier de l'Eglise